la cabine leslie  n’est pas un collectif.
la cabine leslie  n’est pas une troupe.

la cabine leslie  fonctionne en despotisme ( éclairé ).

 

Nos équipes se constituent en fonction des projets, et nos projets se construisent en fonction des équipes : ce sont des sensibilités qui se font écho.

On rêvait de one-man-show, de Point-virgule et d’être repérés par Canal+. On aurait voulu être drôles.
Mais nos spectacles sont empreints de nostalgie et de rêverie ; les voies de la création sont impénétrables.

Peut-être qu’on fait des spectacles parce qu’on ne sait pas théoriser sur un propos. Parce qu’on n’a pas des avis tranchés, parce qu’on est pas militants, parce qu’on n’a pas de réponses.

On propose des spectacles comme on pose des questions. À nous-mêmes, et aux spectateurs, parce qu’on pense que ce sont des questions excitantes à explorer pour chacun, singulièrement.

Alors on cherche à mettre le spectateur au centre. À le rendre attentif à ses sensations, à sa sensibilité.

Pour cela, chaque création a son dispositif propre. On joue avec les codes et conventions du théâtre, et nos spectacles se trouvent à la croisée des arts scéniques et de la performance, nourris de références plastiques, cinématographiques et musicales.

Chacun de nos spectacles développe un univers onirique dans lequel l’espace mental et fantasmé absorbe petit à petit l’espace physique tangible. En équilibre précaire sur le fil tendu entre rêve et réalité, on joue à se laisser gagner par le vertige.

 

En 2019, la cabine leslie  a entamé une résidence de trois ans au Théâtre de Corbeil-Essonnes avec le soutien du Ministère de la Culture - DRAC Île-de-France, de la Région Île-de-France et du Département de l’Essonne.